5 tendances majeures de l’IoT en 2019

IIot et IoT

L’internet des objets ou IoT est en croissance exponentielle en France et en Europe. En 2019 le marché européen de l’IoT devrait atteindre 171 milliards de dollars selon des chiffres de l’IDC. Une croissance de 19,8% par rapport à 2018 est prévue. L’occasion de se pencher sur les tendances 2019 de l’IoT et de l’IIoT.

L’industrie adopte enfin l’IoT

Un peu en retrait sur les innovations ayant trait à l’IoT, l’industrie devrait s’emparer davantage du sujet en 2019. Le cabinet d’études IndustryARC avance un chiffre d’investissement de 123 milliards d’euros d’ici à 2021. Le développement de l’internet des objets est surtout palpable dans les domaines industriels de pointe tels que les voitures connectées, les bâtiments intelligents, la gestion de l’énergie et, de manière plus complète, dans l’agriculture.

De plus en plus connectée, l’agriculture peut tirer de substantiels bénéfices de l’IoT que ce soit pour gérer les engins agricoles, maîtriser l’irrigation, gérer l’utilisation des pesticides et intrants de manière raisonnée ou prévenir finement les risques météorologiques pour éviter dégâts coûteux et  la destruction des récoltes.

Dans le domaine industriel l’IoT est plus communément appelé IIoT ou Internet Industriel des objets.

Integral System peut vous accompagner dans vos projets IIoT. N’hésitez pas à nous contacter pour en savoir plus.

 

Le edge computing : une évolution pour l’industrie

Edge computing

Le edge computing est une forme d’architecture informatique. Au lieu d’envoyer les données générées par les objets connectés vers un data center ou un Cloud, les informations sont traitées directement là où elles sont émises, à la périphérie du réseau concerné. Avec de nombreux avantages :

  • Lorsque les objets connectés concernés présentent une faible connectivité.
  • Cela permet également de réduire la latence dans le traitement de l’information et d’accéder très rapidement aux données. Elles sont traitées en temps réel.
  • Réduire l’engorgement des réseaux qui doivent parfois traiter des téraoctets de données au quotidien.
  • Améliorer la sécurité des données puisqu’elles ne transitent plus via les réseaux mais restent à l’intérieur de l’entreprise en local.

 

Le développement de la 5G : un élément favorable à la croissance de l’IoT

La 5G

La mise en place du réseau 5G devrait fortement impacter le développement de l’internet des objets. En France, la mise en place de la 5G est promise pour 2020 avec les premières commercialisations par les opérateurs. En octobre 2018, l’ARCEP a lancé une grande consultation sur l’attribution des nouvelles fréquences 5G dans la bande des 1,4 GHz, 3,5 GHz et 26 GHz.

Le but ? Préparer la méthode d’attribution de ces nouvelles fréquences. Mais une autre bataille fait rage actuellement dans ce secteur très convoité qu’est le marché de la 5G. Celle des équipementiers qui cherchent à placer leurs billes auprès des grands opérateurs, Orange au premier chef. Il y a quelques jours, l’opérateur historique français a choisi Samsung pour équiper son réseau 5G. Au détriment d’autres acteurs comme Nokia, Ericsson ou le chinois Huawei, pointés du doigt aux Etats-Unis pour des soupçons de cyber-espionnage.

Il n’en reste pas moins que le développement de la 5G pourrait donner un coup d’accélérateur à l’IoT avec une connectivité et un taux de transfert des données accru. Des performances qui pourraient engendrer de nombreuses nouvelles applications innovantes.

 

Big data, machine learning et blockchain : l’IoT à la pointe

Big Data et IoT

Secteurs innovants par excellente le big data, le machine learning et la blockchain vont tirer de plus en plus parti du développement de l’internet des objets. (Retrouvez la liste des technologies liées à l’innovation de l’industrie 4.0).

Big data : la collecte de données améliorée

La croissance de l’IoT facilite la collecte, le traitement et l’analyse des données. Les objets connectés amassent une quantité énorme de données que les technologies de big data vont ensuite classer et analyser. Les applications sont nombreuses :

  1. Améliorer l’efficacité des livraisons dans le transport et en e-commerce et maximiser les trajets en réduisant leur coût et leur impact sur l’environnement.
  2. Profiter d’économies chez soi en réduisant sa facture d’énergie ou gagner en bien-être en mesurant la qualité de son sommeil ou de son air intérieur.

Machine learning et IoT : accélérer les processus d’apprentissage

L’utilisation de l’internet des objets promet des avancées rapides et innovantes dans le domaine du machine learning. Cet été au Google Cloud Next, Google a présenté Edge TPU, une puce de machine learning intégrable dans un objet connecté. Ce système accélère fortement l’apprentissage des objets grâce à un entraînement des modèles qui s’effectue dans le cloud. De nombreuses entreprise ont déjà décidé d’intégrer cette puce dans leurs objets connectés, à l’instar de Nokia, Nexcom ou LG pour l’inspection de ses dalles de télévision LCD.

Blockchain et IoT : un mariage disruptif

L’alliance de la blockchain et de l’IoT va permettre de mettre en place des innovations de rupture dans des secteurs qui ont besoin d’un haut degré de sécurité, à l’instar des transactions financières, des dossiers de santé des patients ou des échanges de messages confidentiels entre deux appareils. Ce mariage garantit un haut niveau de fiabilité et une rapidité d’accès aux données inégalée. De nombreuses applications deviennent alors possibles, comme le partage d’un trajet en voiture sans recourir à un intermédiaire comme Uber ou Blablacar ou le transport de marchandises à l’international en dématérialisant tous les documents nécessaires au passage des différentes douanes et frontières pour accélérer le processus d’exportation.

 

IoT et sécurité : un challenge de taille

La sécurité et l'IoT

Le secteur de l’IoT n’est pas épargné par les vulnérabilités qui touchent les réseaux connectés en général : intrusion de logiciels espions, trojan, attaques par force brute…

On peut citer quelques attaques qui ont eu lieu ces dernières années : Stuxnet, Botnet Mirail qui a rendu notamment inaccessibles Github, Shopify, Netflix ou encore Twitter, Brickerbot, le groupe de botnets qui s’est manifesté par une attaque sur plus de 5000 appareils connectés dans une université.

Et il semblerait que de nombreux objets connectés ne disposent pas des armes suffisantes pour faire face à ces menaces et présentent des failles majeures. Pour les experts en cybersécurité, la sécurisation des objets connectés passe par trois éléments :

  1. La sécurisation de l’appareil lui-même. A noter qu’il n’existe pas, à l’heure actuelle, de certifications exigeant un quelconque niveau de sécurité pour la mise sur le marché des objets connectés.
  2. La sécurisation du cloud sur lequel sont envoyées les données issues de l’appareil. Un aspect qui passe notamment par le chiffrement desdites données et par une sécurisation des serveurs hébergeant le cloud.
  3. La gestion du cycle de vie et de la sécurité des composants, notamment lors de l’ajout d’un nouvel objet dans une infrastructure, la mise au rebut d’appareils obsolètes ou le téléchargement de logiciels ou micro-logiciels.

1 Commentaire

  1. Ping : Qu'est-ce que l'Internet Industriel des Objets (IIoT) ? - Integral System

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.